Vous êtes ici : Accueil / Rubriques / Questions salariales

Questions salariales

De bons salaires répondant au principe d’égalité

Le niveau particulièrement élevé des salaires à tous les échelons compte parmi les conditions de travail attrayantes du secteur bancaire. Les banques en Suisse revendiquent le principe constitutionnel d’égalité des salaires – elles refusent le contrôle des salaires par l’Etat. Les chiffres sur l’inégalité des salaires publiés par l’Office fédéral de la statistique reposent sur des données non probantes et ne sont pas reconnues par Employeurs Banques.

Les banques en Suisse offrent à leurs collaborateurs des postes de travail intéressants assortis de possibilités de développement multiples et de conditions de travail attrayantes. Citons notamment une rémunération supérieure à la moyenne à tous les échelons, qui correspond aux exigences élevées et constitue une marque distinctive importante pour les banques.

L’égalité des salaires entre hommes et femmes est une préoccupation majeure des banques en Suisse. Quelque 40% d’entre elles ont adopté des stratégies spéciales visant à garantir l’égalité – la mise en œuvre autonome de l’égalité des salaires au niveau opérationnel doit perdurer à l’avenir et le contrôle des salaires par l’Etat est fermement refusé. Les chiffres sur l’inégalité des salaires publiés par l’Office fédéral de la statistique reposent sur des données rudimentaires et ne sont donc pas reconnues par Employeurs Banques: plusieurs études menées par des banques membres montrent que les écarts de salaires réels sont nettement moins importants et correspondent à moins de 5%.

Depuis 1994, la fixation des salaires ne fait plus l’objet de négociations avec les partenariats sociaux. Ainsi les entretiens et négociations relatifs aux augmentations de salaire ont-ils exclusivement lieu entre employeur et employé. Employeurs Banques met à disposition de ses membres des informations sur le contexte économique ainsi que sur les tendances sectorielles en matière de négociations salariales. Le salaire minimum restera négocié par les partenaires sociaux. Il correspond actuellement à 52 000 francs par an et à 56 000 francs pour les collaborateurs ayant suivi une formation professionnelle.

«Sozialromantisches Planspiel»

QUEStIONS SALARIALES - 17.06.2016 - DANS LES MEDIAS

Die Initiative für ein bedingungsloses Grundeinkommen versteht sich als Kulturimpuls. Der Traum vom Geld ohne Arbeit hätte aber rasch ein böses Erwachen zur Folge. «Arbeitgeber Banken» spricht sich gegen die Initiative aus.

Cet article est paru dans l'édition de la «Schweizer Bank» en juin 2016; pour la version complète veuillez cliquer sur le lien ci-dessous.

Share on Facebook Share on Twitter Share via E-Mail

Employeurs Banques rejette l’initiative pour un revenu de base inconditionnel

QUESTIONS SALARIALES - 20.05.2016 - COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Employeurs Banques, l'Association patronale des banques en Suisse, se déclare fermement opposée à l'initiative pour un revenu de base inconditionnel. Les auteurs de l'initiative mettent en danger le système économique et social suisse qui fonctionne bien. En outre, ils remettent en question le pacte social et intergénérationnel largement accepté.

Share on Facebook Share on Twitter Share via E-Mail

Pas de contrôle des salaires par l’Etat: les banques prennent au sérieux le principe de l’égalité salariale

QUESTIONS SALARIALES - 3.2.2016 - POINTS DE VUE

Employeurs Banques et ses membres adhèrent pleinement au principe constitutionnel d’égalité salariale entre femmes et hommes: la question de l’égalité salariale est une préoccupation manifeste des banques en Suisse et aucun établissement n’applique de systèmes de rémunération pratiquant des discriminations délibérées et ciblées. Toutefois, la loi sur l’égalité salariale mise en consultation par le Conseil fédéral est totalement inappropriée et part de postulats erronés. Employeurs Banques rejette fermement ce projet et préconise de laisser aux entreprises la responsabilité de telles mesures.

Share on Facebook Share on Twitter Share via E-Mail

«Lohngleichheit ja – Lohnpolizei nein»

QUESTIONS SALARIALES - 2.3.2016 - DANS LES MEDIAS

In einer Zeit der wirtschaftlichen Unsicherheit stehen neue administrative Belastungen völlig quer in der Landschaft.

Gleicher Lohn für Mann und Frau: Dieses Prinzip ist in unserer Bundesverfassung verankert. Erreicht sei es aber noch lange nicht, schreibt der Bundesrat in seiner aktuellen Vernehmlassung zur Revision des Gleichstellungsgesetzes. Deshalb sollen nun Unternehmen mit mehr als 30 Mitarbeitenden zu Massnahmen gezwungen werden. Diese reichen von aufwändigen Analysen über Kontrollen durch externe Revisoren und Prüfungen durch die Gewerkschaften bis hin zu schwarzen Listen für „säumige Arbeitgeberinnen und Arbeitgeber“. (...)

Cet article est paru dans la «Neue Zürcher Zeitung» du 2 mars 2016; pour la version complète veuillez cliquer sur le lien ci-dessous.

Share on Facebook Share on Twitter Share via E-Mail

Loi sur l'égalité

 QUESTIONS SALARIALES - 03.02.2016 - CONSULTATIONS

Employeurs Banques et ses membres adhèrent pleinement au principe constitutionnel d'égalité salariale entre femmes et hommes: la question de l'égalité salariale est une préoccupation manifeste des banques en Suisse et aucun établissement n'applique de système de rémunération pratiquant des discriminations délibérées et ciblées. Par ailleurs, une récente enquête menée auprès des responsables du personnel (Moniteur Employeurs Banques 2015) montre qu'une part considérable des banques en Suisse a développé des stratégies concrètes pour promouvoir activement l'égalité salariale entre hommes et femmes.

L'écart de salaire mis en avant par le Conseil fédéral de 21,3% dans le secteur privé au détriment des femmes de même que la part de différence salariale inexplicable de 40% sont contestés, au même titre que la supposée discrimination salariale en raison du sexe. Toutes les analyses salariales réalisées par les banques affiliées à Employeurs Banques en Suisse au cours des années antérieures font état de différences salariales situées sous le seuil de tolérance de 5%. Employeurs Banques rejette dès lors catégoriquement toutes les mesures proposées dans le cadre de la consultation.

Réponse d’Employeurs Banques à la consultation

Share on Facebook Share on Twitter Share via E-Mail

Partenaires sociaux du secteur bancaire: Accord sur l’augmentation du salaire minimal et les modalités d’enregistrement du temps de travail

Saisie du temps de travail19.09.2014 - Communiqués de presse

Les partenaires sociaux du secteur bancaire ont trouvé un accord sur l’augmentation du salaire minimal à CHF 52 000.–, resp. CHF 56 000.– pour les collaborateurs ayant achevé leur formation professionnelle. En outre, les partenaires sociaux sont disposés à régler la saisie du temps de travail dans le cadre d’une convention de partenariat social. Celle-ci prévoit la possibilité de de renoncer à la saisie du temps de travail pour les collaborateurs disposant de la souveraineté de leur temps et dont le salaire de base est supérieur à CHF 132 000.– (sans bonus).

Share on Facebook Share on Twitter Share via E-Mail